samedi 28 décembre 2013

Mal assis, mais bien posté.



Nonobstant un mal de siège conséquent, assis en équilibre sur une barrière métallique de quatre centimètres de largeur, dans les gaz d'échappement, avec toutes les six minutes les passagers du bus n°3 reluquant la progression de mon croquis (sans avoir idée de cette progression, puisque à priori, c'étaient à chaque fois de nouveaux passagers), j'ai terminé la vue de cet immeuble, subjugué par la beauté de cette façade qui dégueulait une lumière d'or sur le trottoir (ô poésie urbaine, quand tu nous tiens...).
Il y avait du post-apocalyptique à la Mad Max là dedans, mâtiné de Bilal avec un zeste de Chaplin (rapport à mon numéro d'équilibriste sur cette foutu barrière).
J'ai quitté l'endroit en marchant de travers, noirci comme un ramoneur, mais content du moment passé sur ce petit bout de bitume, un crobard de plus serré dans mon carnet.

Notwithstanding a bad seat, sitting in balance on a metal barrier four inches wide, in the pollution gas with every six minutes the bus passengers # 3 eyeing the progress of my sketch , I finished this view of this building, captivated by the beauty of the façade which flowed on the sidewalk in iridescent lightswith a fog of particles pollution (urban poetry oh, when you hold us ...).
There was a post-apocalyptic ambiance in a "Mad Max" style in it, mixed with "Bilal" and a touch of "Chaplin" (compared to my balancing act on this damn barrier).
I left the place ,walking through, blackened as a chimney sweep, but happy with the time spent on this little piece of bitumen, a drawing more tight in my book.

Et pour ce second dessin, les difficultés étaient autres: il faisait bien froid, là. En témoignait le petit nuage de buée devant ma bouche. Et la lenteur désespérante du séchage des premiers jus posés sur mon carnet, que j'avais voulu généreux dans l'enthousiasme du moment. Ce long séchage fut pour moi l'occasion de divaguer un peu:
Comment se peut-il qu'une personne ait oublié un gant sur le banc ( il était là, à côté de moi), et soit repartie avec l'autre? Est-ce là un des risques de se balader les mains dans les poches, ou plutôt: une main dans la poche? Peut être était-ce pour tenir la menotte potelée d'un enfant, ou pour  gratter le crâne puant d'un vieux chien, assis là, à regarder tomber le soir?
Et le temps de penser à toutes ces choses fondamentales, la magie des pigments avait fait son travail et j'ai pu reprendre le pinceau.
Faut prendre le temps, par chez nous.

And for the second drawing, the difficulties were others: it was very cold. Evidenced by the small cloud of mist in front of my mouth. And the watercolor was painfully slow drying.. . This long drying time gave me the opportunity to think about many things, as how is it possible that someone has forgotten a glove on the bench ( he was there beside me) , and is left with the other? Is there a risk of wandering hands in pockets, or rather a hand in the pocket ? Maybe it was to take the hand of  a lovelyvchild, or to scrape the skull of a smelly old dog sitting there, staring down at night ... don't know..


samedi 14 décembre 2013

Vive la neige! ( et le Saint-Nectaire aussi)

La Vallée de Chaudefour sous la neige.
"Euh, faudrait peut être y aller, non?", me dit elle, assise sur un bloc de neige, en contemplant le Roc de Cuzeau qui rougeoie comme au cinéma, en avant-plan d'un panorama qui comprend la chaîne du Sancy, la Banne d'Ordanche et même le Puy-de-Dôme.
Ça ne fait pas franchement de petit nuage de vapeur sous mon nez quand je grogne en guise de réponse (je souffre quand on m'extirpe d'un dessin avant l'heure), il ne fait pas assez froid. Ça fond doucement. Conditions anticycloniques, qu'ils disent.
Enfin, c'est vrai: la nuit approche, il va falloir bouger. J'avais l'espoir de voir quelques chamois à cette heure ci, en semaine, mais niet. On a juste aperçu la silhouette d'un skieur solitaire sur la crête opposée, qui s'est échappé dans un couloir après quelques virages furtifs.

"Maybe we should go, now?" she said, sitting on a block of snow, contemplating the Roc Cuzeau that glows like in the movies, in foreground of a panorama that includes the chain of the Sancy ,the Banne d'Ordanche and even the Puy-de-Dôme.
It does not frankly makes a little cloud of steam under my nose when I growl in response (I suffer when we extirpate me of a drawing before the hour), it is not cold enough. It melts slowly. Anticyclonic conditions, they say.
Aniway, it is true: the night is coming,and we have to move. I hoped to see some chamois at this hour on weekdays, but niet. We just saw the silhouette of a lone skier on the opposite ridge, who escaped in a corridor after a few furtive corners.



                                                                                   
L'avantage de ce temps limpide, c'est que dès qu'on grimpe un peu, on peut voir ce qu'il se passe chez les voisins: le Livradois-Forez est blanc mais moucheté, les Monts du Cantal s'en tirent bien, ah tiens, Clermont a mis sa voilette de pollution ce soir.. Peu m'importaient les particules de gasoil, installé sous l'antenne du Puy-de-Dôme avec mon carnet, à peine si j'étais distrait par le claquement de la voile des parapentistes qui m'entouraient et qui sautaient un à un dans le vide; ma préoccupation principale était de calculer le temps qu'il me restait avant de retrouver le quart de  Saint-Nectaire acheté le matin au marché. D'ailleurs, il m'a paru indispensable sur le moment d'écrire ça dans mon carnet, mais bon, c'est bien ça, la fonction d'un carnet après tout: capter l'instant présent comme rien d'autre ne peut le faire, non?

The clear advantage of this weather, is that once you climb a little, you can see what happens with the neighbors: the Livradois is white but spotted, the Monts du Cantal are faring well, Clermont has  her veil pollution tonight ..At the moment, I didn't care about the diesel particles, installed in front of the the antenna of the Puy-de-Dôme with my sketchbook, I wasn't distracted by the slamming of the paragliders sail around me, jumping one by one in vacuum: my main concern was to calculate the time that I had before returning to the quarter of Saint-Nectaire ( one of our local cheese) purchased the the morning at the market. Moreover, it seemed necessary at the time to write it in my sketchbook, but hey, that's the function of a notebook after all: capturing the moment like nothing else can do, right?

Au sommet du Puy-de-Dôme



jeudi 28 novembre 2013

14° Rendez-vous du Carnet de Voyage! ( mes bouts de papiers)

Bon allez, à mon tour de rendre ma copie sur les évènements du 14° Rendez-vous du Carnet de Voyage, où j'ai retrouvé la horde affamée (de truffade) des Urban Sketchers, mais aussi rencontré tout plein de gens tellement sympa que j'irais bien sur une île déserte avec eux.
C'est mal écrit et confus, c'est sale, mais c'est bien à l'image des bouts de papiers qui me traînaient au fond des poches et que j'ai utilisés pour griffonner les bobines de mes compères d'infortune dans d'obscurs pubs jusqu'à des heures indues que mes bio-rythmes réprouvent.

Ah, tiens si vous voulez deux notes de zique qui collent à l'ambiance du truc:





Me lancé-je dans une page de remerciements pour ces bons moments? Allez, vas-y-que:

Merci à tous ceux que je vais oublier de remercier , merci à lFAV (Marie, Anaïs, Emilie, Marc Roudaire, "Dodo", Claude Picard et les autres..) , à l'Aventure Michelin pour avoir permis aux USK d'y dessiner durant tout le week end, au 1513, à l'Oustagou , à tous les USK France qui étaient là, à ceux qui n'ont pas pu venir, à ceux qui ont dû partir tôt, arriver tard, merci aux USK Belges: Corinne, Chris, leurs maris et la jeune Cato, Fab Denoël et Gérard Michel, Gracias a los Espanoles: Swasky, Santi, Miguel Herranz, Luis Ruiz, mais aussi à Emdé pour sa bonne humeur, à Lapin (qui a fait une dessin intérieur à 180° dans ma deuche au risque d'attraper une bronchite: vive la Leffe et les cabécous), Auka avec qui il faut abso-lu-ment que je danse une mazurka ( si elle n'a pas peur pour ses pieds), Julie Blaquié pour son sourire, son vin et tous ses cadeaux, Sophie Bataille, Vincent Desplanche, Silke, Emily Nudd Mitchell, mon père pour "la mique", Cat Gout (pour avoir changé de casquette), Joel Guevara ( pour les cours d'Espagnol, je progresse, il m'a dit), Jérome Agostini "Les Carnets", Nicolas Doucedame pour sa gentillesse et ses incroyables leçons d'alchimie, Damien Roudeau, David Lopez, Dario Grillotti et ses aquarelles de plage, tous ceux avec qui j'ai bu des coups, Gilbert du Long John Silver, etc, etc..
Et une pensée pour Juliette qui nous a bien manqué.
Voilà. Un an pour se reposer, ouf!

mercredi 20 novembre 2013

Cook & draw

Petite matinée sympa avec France Bleu, au Marché St Pierre à Clermont, le samedi 9 novembre à causer du Rendez-vous du carnet de voyage, Urban sketching et un filet mignon aux châtaignes et aux cèpes en prime!
Avec Marc Roudaire , et aux fourneaux (puisque c'est une émission d'actu et culinaire), ben mon beauf' chéri ( celui qui boit du Gaillac dans tous mes carnets, himself).
J'en ai profité pour griffonner quelques trucs:



dimanche 10 novembre 2013

Sur les sommets Auvergnats


Avec des peaux de phoque, des raquettes, des téléphériques ou ses pieds (selon la saison), on peut y monter pour s'y faire piquer les joues par un vent frais. Dépaysement assuré, comme on dit.

Vue sur les crêtes du Sancy depuis le Puy Redon, août 2013
Montez donc par le Val de Courre jusqu'au Puy Redon, ça vous chauffera gentiment les mollets et de là haut, vous verrez la vallée glaciaire de la Fontaine Salée, puis si vous suivez à gauche, vous longerez le creux du Pas de l'âne , en arrière plan, vous verrez la Chaîne des Puys, les Monts du Cantal et du Forez.

On peut y croiser le bouquetin ou le mouflon, le grimpeur chevelu, la marmotte, et même l'avalanche (non mais).

Du sommet du Capucin
Vous pouvez aussi regagner le Mont-Dore par les crêtes, à droite après le Puy Redon: sur votre gauche, tout en bas, Chastreix, et en poursuivant, montez donc jusqu'au Capucin, la vue y est sympathique.
Et si tout est bien réglé, arrivé dans le village du Mont-Dore, vous aurez tellement envie d'une truffade que vous serez prêt à vendre femme et enfants (avec le chien).

mardi 29 octobre 2013

Deux euros pour un panorama ( et une blague).


cathedrale1
La version aquarellée, la vraie, celle du carnet. ( Moleskine A4)
Un dyke, pourrait vous expliquer un volcanologue, c'est une poussée de lave verticale ( je fais simple pour ceux du fond). C'est assez étrange à voir, c'est haut, noir, et tout froid. Comme une mystérieuse construction. La cathédrale de Clermont m'évoque un peu une de ces fantaisies de la nature avec ses deux immenses flèches de lave noire.
En tout cas, c'est vachement tentant pour un dessin, comme point de vue.
C'est donc là haut que j'ai grimpé, par trois fois pour faire ces dessins, ces dernières semaines.

Pour monter, il faut d'abord chercher le bedaud, qui erre en général dans le transept, lui bailler deux euros qu'il empoche dans son veston, avant de se poster devant la porte de la tour pour faire sa blague :
Il baragouine un rapide laïus sur l'historique de la tour (Blaise y aurait encore envoyé son pauvre beau-frère pour tester son baromètre, quelle bonne poire ce beauf', parce qu'il s'est aussi tapé le Puy de Dôme pour tester le matos, saviez vous? J'imagine la tête qu'il a dû faire quand machin l'a renvoyé à la cathédrale pour peaufiner ses résultats. C'aurait été moi, je lui aurais refilé ses tubes à essais et son mercure, sa frangine aussi tant qu'on y est, et tchao!).
Une fois son dicours terminé, le bedaud donc ( puisqu'on était avec lui avant que je reparte dans une digression inutile une fois de plus), nous fait entrer dans l'escalier et au moment de lâcher la grosse porte de chêne sur nous, juste quand un courant d'air froid nous passe dans le cou (depuis je ne sais quelle crypte où dort un chevalier momifié je suppose), il nous dit :"Et pour sortir, tout à l'heure, tapez EbZ5778Kd82 sur le digicode".
 Et BLAM, la porte se ferme.
Sur le silence stupéfait des visiteurs.

Couleurs à l'ordi pour rigoler, sur le scann du dessin original. 
 Même qu'une touriste affolée répétait le code en boucle en le tapant sur son smartphone à côté de moi. En ce qui me concerne, j'étais plutôt serein, parce que dans ces moments là, maître Po m'apparait dans un nuage tremblant (pour ceux qui n'ont pas eu le bonheur de naître dans les années 70, allez voir ici) et me parle pour me rassurer: 
"Taazab, pas de sushi mon petit scarabée, si t'es bloqué ici, tu vas pouvoir faire des heures de dessin, hihi!".

Un rapido dans mon petit moleskine A5
J'étais donc le premier à bondir dans l'escalier pour monter là où ça voulait bien me conduire.
Voici donc les dessins du plus haut que j'ai pu trouver par ici, où je suis arrivé étourdi après trente trois tours et demi de colimaçon.
Je vous souhaite d'avoir l'occasion d'y monter, mais sachez que je n'ai pas donné ici le véritable code, ce serait trop facile sinon.

Mais bon, si j'ai réussi à m'en sortir, pourquoi pas vous, hein?



samedi 19 octobre 2013

Sketchhcrawl#41 à Clermont-Ferrand

Une belle après-midi bien sympa, une bonne dizaine de sketchers, de nouvelles têtes, quelques bières...vivement le prochain dans trois mois!

Sketchcrawl 41

Léa

Eric

Sketchcrawl 41

mercredi 16 octobre 2013

Matin d'automne à Carennac

La lumière d'automne, y'a pas mieux. Les plans se détachent tout seuls, et c'est comme si le soleil choisissait les couleurs pour moi, ce matin là.
Voici donc un dessin fait par le soleil de onze heure à Carennac (antique cité du Haut-Quercy), pendant que moi, j'étais assis sur le muret près du pont et que je regardais tout ça. 
Je comptais les camping-cars qui faisaient demi-tour devant cette citadelle imprenable, je repérais les gobages dans la Dordogne en contrebas, en face de l'île de Calypso, et j'observais les tours de la cité où Fénelon a écrit "les aventures de Télémaque", en me demandant ce qu'il voyait à l'époque, sous sa perruque à bouclettes, en regardant par la fenêtre du château des Doyens où il vécut.




Un peu en dessous, Cat Gout, la sketcheuse à casquette rouge, suçotait ses pinceaux en immortalisant une vieille tour de bric et de broc, prise dans son lierre, qui se dresse là comme une invitation à la vie d'ermite depuis le XVIe siècle.
On a pris là nos dernières petites goulées de soleil, dans quelques semaines la Dordogne apparaîtra sombre et lovée dans une brume cotonneuse, les oiseaux auront fichu le camp, les arbres n'auront plus de feuilles, et le froid nous mordra les doigts quand on dessinera.
Mais ça serait triste, de ne plus avoir de saisons, non?

Un petit coup d'ordi pour rendre plus clair ce dessin fait sur un bout de feuille volante à l'apéro, après une balade aux champignons. De gauche à droite: Mrs Tazab, mes cousins du Lot, et Cat.

dimanche 13 octobre 2013

Livradois-Forez: Trois jours de vélo

La joyeuse équipe de la traversée de l'Hérault ( que je raconte ici) s'est reformée cet automne, moins Lolo-la-barre mais avec Romain et son gros sac à dos.
Cette fois ci je n'avais pris dans mon sac que 2-3 feuilles de papier, un bic, un pinceau et un peu d'aquarelle, histoire de faire plus léger que les autres fois.
Et je n'ai pas dessiné des masses d'ailleurs.
C'est fou ce qu'il faut pédaler pour avancer.

Voilà donc les gribouillages de ce tour, que je n'avais pas prévu de poster, mais finalement, hop on regroupe tous ces bouts de papier et ça fait une petite page en souvenir, que je vous livre brute et crade, avec les pliures du papier et les taches de mon sandoque au fromage.


lundi 7 octobre 2013

No mercy for them :)

Ma première entrée dans le blog de gueules qui vient de se créer:
"Portraits without Mercy"


Hi,
Here are a few ones from this summer, and the process for each one was different.
Ursula is very talkative with a great big mouth full of teeth: this is where I started (and I forgot her glasses).
For Fabien I drew first his gentle eyes. (He would like to look like a bad guy, but he has definitely  a friendly face)
For Cat Gout, I started with the glasses sliding down on her nose (she looked a little surprised at that time). 
And Pete had this very concentrated attitude while he was drawing a portrait of Gerard Michel in Barcelona, ​​I did not have to move from my chair to draw him, and I think he did not even notice me.

mardi 1 octobre 2013

Remembrances de l'été passé. (Summer recordings)


swimming pool
Swimming pool scenes.
Quelques pages d'été, à l'heure où la lumière décline et où nous viennent des envies de vin blanc moelleux avec des noix fraîches ou non, plutôt quelques cèpes, un peu de crème, du gros sel et plutôt des pâtes et attendez, euh, une belle grappe de raisin frais du pays pour finir, que je vais manger là, au soleil, et puis si vous aviez une tarte aux noix, comme ils font dans le Lot, je serais aux anges, ça vaut bien la brioche à la tomme de Besse-en-Chandesse, dans un registre différent, mais oooh, attends, un peu de fromage aux artisons d'abord...

Montvalent
Montvalent, with Cat Gout and ze King 
Eventuellement, noisettes-vin blanc je me laisse tenter aussi, sans parler de toutes ces bières locales  j'en raffole, j'aime bien l'amertume, tiens, ils en font une à la gentiane maintenant, on ne sait plus quoi inventer hein, je goûte quand même, oooh mazette c'est plein de myrtilles par ici, et le lactaire délicieux qui sent la résine de pin, ça fond sur la langue avec une bonne viande en sauce.

Dordogne riverside
Riverside of the Dordogne, July
Et puis je vous raconte pas la couleur des sous bois, une hêtraie rouge comme une allée d'honneur-c'est trop, arrêtez les frais, gardez vos feuilles les gars, ce n'est que moi,pas de ça entre nous, hein, depuis le temps- et ce que ça hume là dessous: fragrances de pin, noisette, terre mouillée, et les toiles d'araignée humide qui se collent au visage comme une caresse, le rayon de soleil qui passe au travers de trois épaisseurs d'arbres pour te taper juste dans l'oeil, ben c'est ça, l'automne, et il est bon déjà de repenser à l'été.

Dordogne
On my secret island on the Dordogne, with Cat and mrs Tazab

mardi 24 septembre 2013

On a dessiné les volcans (2)

Le Puy-de -Dôme depuis Laschamps.

Fabien dans l'herbe, l'ombilic au vent.
Bon, alors, reprenons où on en était, maintenant que tout le monde a intégré ce qu'était la faille.(pour les retardataires, lisez ça).
Approchons nous un peu du chapelet de volcans qui surplombe la ville, comme une colonie de colosses immobiles, sur lesquels quelques bosquets d'hêtres et noisetiers moutonnent de drôles de chevelures crépues: de là-haut, assis dans les myrtilliers, on dessine.
Bruissement d'insectes volants, vent dans les arbres, frisottis de la source de la fontaine Saint-Aubin, et bavardages de Cat, tout va bien.
Une vue de la plaine de Laschamp, vers la fontaine St Aubin

Petite conf' de volcanologie au sommet du Puy des Gouttes


La vue de là haut, c'est ça. Avec la musique des insectes.
Plateau de Gergovie. En bas, c'était brumeux et un peu irréel, alors j'ai mis plus d'eau dans l'aquarelle.

Clermont, du haut d'un hôtel place Delille.
...Et Tournoël avant l'orage.

lundi 16 septembre 2013

Sketchcrawl à Clermont

Si ça vous tente, on va dessiner à Clermont le 19 octobre prochain...

SKETCHCRAWL

samedi 14 septembre 2013

On a dessiné les volcans (1)

 acolyte(1): Cat Gout
En juillet dernier, le Conseil Général du Puy-de-Dôme et le "Rendez-vous du carnet de voyage" nous avaient invités, avec Cat Gout et Fabien Denoël, à dessiner la chaîne des Puys et la faille de la Limagne pendant trois jours .

Sûr que c'est pas hyper éloquent comme sujet, une faille. Même que Cat roulait des yeux affolés sous sa casquette rouge
"Mais c'est quoi ce truc, c'est indessinable c'te faille!!"
(Elle avait fait une recherche Google qui a l'a envoyée sur des choses comme ça.)

Explication: (je vous la fais brève):
Il y a un bon bout de temps, des volcans ont poussé dans les contrées sauvages d'Auvergne, plutôt alignés, si on n'est pas trop regardant. Et puis juste à l'est de ce collier de "crânes chauves percés d'un trou au sommet" (comme disait Vialatte), ça a méchamment craqué -un rift, qu'ils disent- et la partie orientale s'est enfoncée de bien, allez,  300 m. C'est ça la faille.

acolyte(2): Fabien.
Notez ce regard qui respire la gentillesse.

Après bien sûr, tout ça s'est tartiné de coulées de lave, puis un peu plus tard, d'arbres et d'oiseaux.
N'allez pas imaginer le "Big Wall" de Yosemite, mais ça grimpe quand même le truc.

Les moteurs des voitures hoquettent et surchauffent dans les virages de la montée de "La Baraque", les pneus y crissent, les enjoliveurs y volent, les cyclistes y suent, la force centrifuge nous y colle sur la passagère d'à côté-mieux vaut s'arranger pour avoir une passagère en voisinage- le panorama sur la ville s'y observe, on peut même déplier la table en formica et sortir le saucisson dans le virage de la "pierre carrée", et en haut de la côte, le Puy-de-Dôme s'y aperçoit, colosse bienveillant avec sa calotte de nuages en automne.






dimanche 8 septembre 2013

Comment dessiner un ours en buvant une bière?

Et puis voilà la suite ( après Barcelone, veux-je dire): j'ai remis mon chapeau et on  a filé sur les Pyrénées Catalanes avec femme, carnets, enfants et cañas in ze fridge du Vévé.

Here are the drawings I've made after my stay in Barcelona, on the way to  (and in the) Pyrenées.

IMG_4401
Sur la route: L'église de Guardia de Noguera
Comme on n'était pas d'humeur à se taper quatre heures de route, on a jeté l'amarre (ou le frein à main, comme vous voulez) au bord d'un charmant torrent non loin du Congost de Mont Rebei. Mazette, c'est que ça filerait le vertige à Spider-man, ce truc: un chemin découpé dans la falaise à 200 m de haut, j'peux vous dire que je ne taillais pas mes crayons en marchant.
J'ai quand même pris sur moi pour vous ramener un dessin, non mais.

We didn't get mood to drive for 4 hours, so we stopped our van close to a lovely river, in a place called "Congost de Mont Rebey", which would give the vertigo to Spider-man: a short single track cut in a cliff, 200 meters above a river. ( Be sure I didn't sharpen my pencils while walking here, uh!)

IMG_4402
Le Congost de Mont Rebei.
Les deux petits points, en haut à gauche, eh ben c'est des canoës, pour vous donner une idée de l'échelle et des risques que j'ai encourus pour ce dessin, ça calme, hein? Et j'étais sans bouteilles d'oxygène en plus.
Lunchtime
A Balaguer, sur la route.
Le lendemain, après un bain dans le torrent, nous voilà à Taüll (Prononcer "Ta houle")
Alors là, pour le coup, on n'était plus en haut, mais en bas: je veux dire qu'il y avait plein de montagnes vachement hautes tout autour de nous. De dominants sur le sentero del Congost, nous devenions dominés par l'oeil sévère de la Punta Alta.
Les Pyrénées, je voyais ça plein de renards, d'ours et de cailloux: il y a de ça, mais avec une église romane à chaque coin de vallée ou plus.
 A Taüll par exemple, il y en a deux dans le même village s'il vous plait, on va pas mégoter.

And the following day, we reached Taüll in the Pyrenées. 
I thought Pyrenees was a place full of rocks, foxes ands bears: it is. But with plenty of roman churches too. For example, in Taüll, there were two ones!


IMG_4403
L'Eglise San Climent de Taüll (celle du bas). Et je réalise en écrivant ceci que j'ai oublié de dessiner l'autre, ce que je me suis promis de faire en passant devant une dizaine de fois. C'est la faute à mon copain Marco qui me disait tout le temps " laisse faire, viens donc plutôt boire un vermouth, on s'en fout de ton église.."Et voilà.
A l'époque ça devait pousser comme des antennes de téléphonie ces choses là, les églises, c'est un peu la 4G de l'époque, avec envoi illimité de SMS à grandes volées de cloches.

IMG_4406
Quelque part dans le village de Taüll, alors qu'une mamie me tapait la discute en Catalan-que je commence à maîtriser je crois: elle m'a expliqué qu'elle avait deux ânes dans son frigidaire, qu'elle était cosmonaute à la retraite et puis ensuite elle m'a demandé en mariage.
IMG_4405
Pour ceux qui se demandent: c'est une église romane.

Et voilà pour les Pyrénées. Allez, tiens, il reste un petit, avec plein des montagnes et un lac:
That's all, folks. Just a last one, full of mountains and with a lake ( what a lovely place. Made this just before the storm comes):

IMG_4404


Et dans les jours, semaines ou années-lumière qui viennent: un post avec des dessins du Lot (moins d'ours et de vermouth. Plus de Dordogne. De Cat Gout aussi), et encore après: des dessins d'Auvergne (exposés à la gare du panoramique des Dômes- cf RDV des Carnets de voyage-jusqu'en novembre, avec ceux de Cat, encore elle, et de Fabien Denoël), et plein d'autres choses encore.

In the next days, I'll post :
-Drawings from the Lot ( south of France, where I had the opportunity to sketch with Cat Gout)
-Drawings from Auvergne ( center of France) where I live. The ones I've made for the the "Rendez-vous des Carnets de voyage", the famous international sketchbook exhibition in Clermont-ferrand, with Cat Gout ( again) and the Belgian Fabien Denoël.